Retour Programmes de recherche

Histoire du temps présent, mémoire et émotions en Amérique latine et Espagne

11 février 2022

Introduction au programme

Dans la lignée des antécédents tissés depuis l’IHTP avec l’Amérique latine et du renforcement de l’aire culturelle ibéro-américaine avec l’arrivée de nouveaux chercheurs, les relations entre histoire du temps présent et émotions sur l’aire culturelle Amérique latine/péninsule ibérique ont acquis une visibilité certaine. Ce projet vise à pérenniser le travail d’une équipe internationale (France, Espagne, Mexique, Argentine, Chili) qui a déjà, par le passé, établi une collaboration des plus solide (séminaires, dont le nouveau Séminaire international d’histoire du temps présent en espagnol, conférences, journées d’études, publications internationales).

Coordinatrice : Frédérique Langue (CNRS-IHTP)

Dans la lignée des antécédents tissés depuis l’IHTP avec l’Amérique latine et du renforcement de l’aire culturelle ibéro-américaine avec l’arrivée de nouveaux chercheurs, les relations entre histoire du temps présent et émotions sur l’aire culturelle Amérique latine/péninsule ibérique ont acquis une visibilité certaine. Ce projet vise à pérenniser le travail d’une équipe internationale (France, Espagne, Mexique, Argentine, Chili) qui a déjà, par le passé, établi une collaboration des plus solide (séminaires, dont le nouveau Séminaire international d’histoire du temps présent en espagnol, conférences, journées d’études, publications internationales).

L’écriture du temps présent et de son épistémologie entre l’Amérique latine et l’Europe en constitue le premier axe de travail. Dans la rubrique écriture de l’histoire, nous considérerons également la question des manipulations de l’histoire et le retour des histoires officielles. De nouvelles générations d’historiens, souvent formés en France, s’y confrontent en effet, dans un contexte de commémorations inscrites dans le long terme (Bicentenaires des Indépendances 2010-21). Nous réévaluerons les sources et les modalités de conceptualisation de cette histoire du temps présent/histoire récente, les influences réciproques et circulations d’idées, ainsi que les « régimes d’historicité » qui prévalent dans l’aire hispanophone à l’aune de mémoires désormais globalisées.

Enfin, nous aborderons le thème de la « dernière catastrophe » qui tend à définir des temporalités nouvelles et influe sur la tension mémoire/histoire. Le contexte latino-américain, à la différence de l’Europe, est en effet celui de retours à la démocratie, de sorties de dictature ou de régimes autoritaires, de quête de justice. D’où la nécessité de prendre en compte les « régimes émotionnels » qui émergent, en tant que ressorts de pratiques démocratiques. Le rapport au passé et sa dimension émotionnelle se superposent dès lors aux expériences du temps, dans un contexte bouleversé par violence politique persistante et plus récemment par la crise sanitaire.

Sur toutes ces thématiques, des bilans et réflexions historiographiques et activités diverses (rencontres scientifiques, publications) seront proposées, associant aussi bien, des deux côtés de l’Atlantique, des chercheurs confirmés que des doctorants, en tirant le meilleur parti des humanités numériques.

Institutions partenaires et chercheurs contacts : IHTP-CNRS (Frédérique Langue, Evelyne Sanchez…), LER-Université Paris 8 (Pascale Thibaudeau, Mercedes Yusta…), Casa de Velázquez-EHEHI (Luis González), Instituto de Historia-CSIC (Javier Moscoso), EIDAES-UNSAM (Marina Franco), IdIHCS-Universidad Nacional de La Plata-CONICET (Ana María Barletta), Instituto de Historia-Pontifica Universidad Católica de Chile (Manuel Gárate Chateau, Alfredo Riquelme…), Instituto de Investigaciones sociales-UNAM (Eugenia Allier Montaño).

Durée du projet : 5 ans (2022-2026)

Les activités et publications de l’IRN HISTEMAL seront annoncées sur cette page


Évènements

Les séminaires permanents / Seminarios permanentes


Activités ponctuelles

Poster del evento "Dialogos internacionales" del IRN HISTEMAL y del IIFs

13 mai 2024 – Dos diálogos internacionales

Journée d’études

Comité organizador : Frédérique Langue (IHTP-CNRS, Francia), Miriam Hernández Reyna (IIFs-
UNAM, México) y el equipo del seminario “Tiempo, memoria y política” : Ramón Landaverde Salinas, Rodrigo Palomar Méndez, Agni Garduño Dávila.


17 janvier 2024 – Penser les conflits

Atelier doctoral

Felipe Casanova Rojas

La construction de l’héroisme au Chili / La construcción del heroismo en Chile

Cet atelier est coordonné par Frédérique Langue, Edgardo Manero et Maria Laura Reali,


Publications liées au programme & activités

Publications
Activités
  • 2023 – Segundas Jornadas de estudios IRN HISTEMAL, Casa de Velázquez, Madrid, 6-7 de noviembre de 2023 : « Justicia, memoria y resiliencia en los mundos ibéricos. Un balance tentativo de los estudios memoriales », Coord. Jesús Izquierdo Martín (UAM), Frédérique Langue (CNRS-IHTP), Evelyne Sanchez (CNRS-IHTP).
  • 2023 – SEGUNDO COLOQUIO INTERNACIONAL IRN – HISTEMAL – “TEMPORALIDADES DE LA HISTORIA Y LA MEMORIA”, 9 al 10 de octubre de 2023 – Buenos Aires/virtual, coord.. Ana Barletta (IdIHCS-FaHCE-UNLP), Marina Franco (EIDAES-UNSAM), Frédérique Langue (CNRS-IHTP-Francia)
  • 2023 – XX Congreso Internacional de la Asociación Española de Americanistas, “Las raíces de América: historias y memorias”, Valencia, 5, 6 y 7 de julio de 2023. Simposio 6. Historia del tiempo presente, memoria y emociones en América Latina. Coordinación: Frédérique Langue (CNRS-IHTP) Rogelio Altez (Universidad de Sevilla).
  • 2022 – Premier colloque international de l’IRN HISTEMAL (présentiel/hybride), « Sources et conceptualisation de l’histoire du temps présent. Un défi permanent en temps de pandémie/Fuentes y conceptualización de la historia del tiempo presente. Un reto permanente en tiempos de pandemia », Casa de Velázquez, Madrid, 26-28/10/2022 (coord.. Frédérique Langue (CNRS-IHTP), Evelyne Sanchez (CNRS-IHTP)) [en ligne]
  • 2022 – Première Journée d’études internationale de l’IRN HISTEMAL 9/6/2022, « Jeunes chercheurs »  (coord. Mario, Cairault (U. Paris 8/IHTP), Flavio Foresi (U. Paris 8/IHTP)  

HISTEMAL vu du Bureau du CNRS à Rio

 « Histoire, mémoire et émotions en Amérique latine et Espagne », Bulletin du CNRS Amérique latine (bureau de Rio)/Nouvelles CNRS Rio, n°11, mars 2023, pp. 14-17 [en ligne]


Equipe – collaborateurs scientifiques & Post-docs

Les collaborateurs scientifiques d’HISTEMAL/Colaboradores científicos de HISTEMAL :

EUGENIA ALLIER MONTANO
CONTACT : EALLIER[@]GMAIL.COM

Eugenia Allier Montaño est chercheuse à l’Institut de recherche sociale de l’Université nationale autonome du Mexique et professeur au Collège d’Études latino-américaines de la Faculté de Philosophie et Lettres de la même université.

Docteur en Histoire à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris), elle a fait un séjour postdoctoral à l’Institut de recherche philosophique de l’UNAM. Elle est membre du Système national des chercheurs du Mexique. Son dernier livre, édité avec Emilio Crenzel, est The Struggle for Memory in Latin America. Recent History and Political Violence (Palgrave, 2015). Elle est auteur de Batallas por la memoria. Los usos políticos del pasado reciente en Uruguay (Batailles pour la mémoire. Les usages politiques du passé en Uruguay; Montevideo, Trilce / Instituto de Investigaciones Sociales de la UNAM, 2010), qui a remporté la Mention Honorable du « Meilleur Livre d’Histoire Récente et Mémoire 2012 » de la Séction « Histoire Récente et Mémoire » de la Latin American Studies Association (LASA).

Entre autres distinctions, elle a été nommée à la Chaire d’études du Mexique Contemporain à l’Université de Montréal, Canada. Elle dirige actuellement le projet de recherche « Vers une histoire du présent mexicain: régime politique et mouvements sociaux, 1960-2010 ».

Ses lignes de recherche incluent : l’histoire du temps présent, l’histoire de la mémoire, les mouvements d’étudiants, les dictatures, transitions, mémoires et justice transitionnelle dans le Cône Sud, les mouvements armés des années 1970.

CHRISTOPHE ARAÚJO
contact : c.araujo@parisnanterre.fr

Christophe Araújo est maitre de conférences en civilisation portugaise à l’Université de Paris Nanterre depuis 2023. Titulaire de l’agrégation d’histoire en 2011, ancien membre scientifique de l’École des hautes études hispaniques et ibériques de la Casa de Velázquez entre 2015 et 2017, il est titulaire d’un doctorat en histoire contemporaine avec une thèse intitulée « Être historien sous un régime autoritaire : pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974) », soutenue à l’université CY Cergy-Paris en 2021. Cette thèse a été récompensée par le prix Mário Soares 2022 du meilleur ouvrage sur l’histoire du Portugal au XXe siècle, ex-æquo avec Bernardo Cruz. Ancien post-doctorant à l’IHTP sous la direction de Frédérique Langue entre 2022 et 2023, membre de l’International Research Network Histemal, il est l’auteur de plusieurs articles en français, portugais, espagnol et anglais. Il finalise actuellement la publication de sa thèse aux presses de l’Université de Paris Nanterre et envisage de la faire traduire en portugais. Ses travaux ont porté sur les régimes autoritaires, l’écriture de l’histoire, l’étude prosopographique du monde universitaire portugais et, plus récemment, il développe un projet sur les dimensions politiques de la langue portugaise aux XXe et XXIe siècles dans la continuité de son post-doctorat.

FRANÇOIS DOSSE

Centre d’Histoire Culturelle de l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines depuis 1998. A été membre du comité de rédaction de la revue EspacesTemps à partir de 1983. A soutenu son Habilitation à diriger des recherches le 12 décembre 2001 : Ecoles, Paradigmes, Biographies… Jalons pour une Histoire intellectuelle, sous la direction de Jean-François Sirinelli. A publié des ouvrages sur l’historiographie après sa première publication en 1987 : L’histoire en miettes, des Annales à la Nouvelle Histoire, Paris, La Découverte, rééd. poche-La Découverte, 2010. S’est spécialisé dans le domaine de l’histoire intellectuelle, publiant en 1991-1992 une Histoire du structuralisme puis L’empire du sens, l’humanisation des sciences humaines en 1995, La marche des idées. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle, en 2003. Il a publié plusieurs biographies : Paul Ricoeur, Michel de Certeau, Gilles Deleuze et Félix Guattari, Pierre Nora, Cornelius Castoriadis, Pierre Vidal-Naquet, ainsi qu’une synthèse : La Saga des intellectuels français : 1944-1989 en deux volumes parue en 2018. Ses derniers ouvrages : Les vérités du roman. Une histoire du temps présent, Cerf, 2023 et Vincennes, Heurs et malheurs d’une université de tous les possibles en 2024.

MARINA FRANCO
CONTACT : MFRANCO@UNSAM.EDU.AR

Marina Franco est chercheuse au CONICET (Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Tecnológicas, Argentine) et professeur titulaire a l’Université Nationale de San Martín. Directrice du Master en Histoire, dans la même université.

Ella a obtenu un DEA en Histoire à l’Université de Paris 7, et le Doctorat à l’Université Paris 7 et à l’Université de Buenos Aires. » Fondatrice de la Section « Histoire Récente et Mémoire » de la Latin American Studies Association (LASA). Elle est auteur de : El exilio (Siglo XXI, 2008); Un enemigo para la Nación (FCE, 2012) y El final del silencio (FCE, 2018); et a dirigé les ouvrages collectifs suivants : Historia Reciente (avec Florencia Levin, Siglo XXI, 2007); La guerra fría cultural en América Latina (avec Benedetta Calandra, Biblos, 2012); Democracia hora cero. Actores políticas y debates en los inicios de la posdictadura (avec Claudia Feld, FCE, 2015), Ditaduras no Cone Sul (avec Hernán Ramírez, Civilización Brasileira, 2021), et ESMA. Poder y represion en el centro clandestino de detencion más emblemático de la última dictadura argentina (FCE, 2022).

Elle a été professeure et chercheuse invitée dans plusieurs universités au Chili, en Uruguay, au Brésil, en Canada et en France. Ses recherches portent sur l’histoire du temps présent, l’histoire de la mémoire et l’histoire de la violence d’état au XXe siècle en Argentine, notamment sur la dernière dictature militaire, le transition à la démocracie et les décennies 1970-1980.

PATRICK GARCIA
CONTACT : PATRICK.GARCIA[@]CNRS.FR

Patrick Garcia est professeur en histoire à Cergy Paris Université.

Après un doctorat sous la direction de Michel Vovelle portant sur le Bicentenaire de la Révolution française soutenu en 1994 (CNRS éditions 2000) il est devenu en parallèle de sa carrière universitaire, chercheur associé à l’IHTP où il a co-dirigé avec Christian Delacroix et François Dosse de 1998 à 2016 un séminaire sur l’historiographie et l’épistémologie de l’histoire. Puis de 2017-2020 il a co-dirigé avec Maryline Crivello et Jean-François Sirinelli le séminaire « La cérémonie publique dans la France contemporaine » dans le cadre du Comité d’histoire du ministère de la Culture.
Il a, notamment, aussi été le porteur de l’ANR Histinéraires. « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte » (Presses Universitaires de Provence, janvier 2024). Outre l’historiographie et l’épistémologie de l’histoire, l’histoire de l’enseignement de l’histoire ; il se consacre à l’étude des usages politiques et sociaux de l’histoire.
Il a notamment publié :

  • L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, en coll. avec Jean Leduc, Armand Colin, collection « U », 2003.
  • Les courants historiques en France XIXe-XXe siècles, en coll. avec Christian Delacroix et François Dosse, Armand Colin, collection « U », 1ère édition 1999 et 2002, nouvelle édition revue et augmentée, Gallimard, « folio histoire », 2005 et 2007.
  • Les présents de l’historien, Publications de la Sorbonne, collection « Itinéraires », 2014.

En co-direction :

  • Michel de Certeau. Chemins d’histoire, en co-direction avec Christian Delacroix, François Dosse et Michel Trebitsch, Bruxelles, Complexe, collection « Histoire du temps présent », 2002.
  • Paul Ricœur et les sciences humaines, en co-direction avec Christian Delacroix et François Dosse, La Découverte, 2007.
  • Historicités, en co-direction avec Christian Delacroix et François Dosse, La Découverte, 2009.
  • Historiographies. Concepts et débats, 2 volumes, en co-direction avec Christian Delacroix, François Dosse et Nicolas Offenstadt, Gallimard, Folio « histoire », 2010.

MANUEL GÁRATE CHATEAU
CONTACT : MGARATE@UC.CL

Docteur en Histoire et civilisations, EHESS, Paris.

Enseignant adjoint et chercheur Institut d’Histoire, Université Catholique du Chili.

Il s’est spécialisé dans l’histoire du temps présent au Chili, l’histoire de la doctrine des droits humains et l’histoire du XXe siècle européen. Il a également mené des recherches sur l’histoire des représentations du corps et de la monstruosité à partir de caricatures parues dans la presse européenne et nord-américaine grâce à un post-doctorat Fondecyt. Il a participé à des projets de recherche sur l’histoire du charisme politique et sur les technologies de la mémoire politique à travers les archives de la Vicaría de la Solidaridad. Ses axes de recherche les plus récents portent sur l’histoire des idées et l’enseignement de l’économie au Chili dans la seconde moitié du XXe siècle, ainsi que sur l’histoire des représentations de la dictature militaire tant au Chili qu’à l’étranger. Il travaille actuellement comme chercheur pour le projet Conflits politiques et sociaux du projet interdisciplinaire COES. Dernier ouvrage : La creación de un monstruo. La imagen de Augusto Pinochet en caricaturas de prensa extranjera, Santiago, UAH Ediciones, 2023.

JAVIER MOSCOSO
CONTACT : JAVIER.MOSCOSO@CCHS.CSIC.ES

Javier Moscoso est directeur de recherche en histoire et philosophie des sciences au CSIC (Conseil supérieur de la recherche scientifique, Madrid).

Docteur en philosophie, son parcours professionnel l’a conduit au Centre Alexandre Koyré à Paris, à l’Institut Wellcome d’histoire de la médecine, où il a été chercheur pendant quatre ans, au département d’histoire des sciences de l’Université de Harvard et enfin à l’Institut Max Plank d’histoire des sciences à Berlin.

Il est l’auteur de nombreux travaux et publications paru(e)s dans des revues spécialisées.

Il a été commissaire d’expositions aussi bien en Espagne que dans d’autres pays. La plus récente, SKIN, qui a fait l’objet d’un signalement dans la revue Sciences, a attiré plus de cent mille personnes à la galerie Wellcome Collection de Londres.

Il a publié récemment Historia Cultural del Dolor, Madrid, Taurus, 2011 (Pain: A Cultural History, London, MacMillan, Palgrave, 2012 ; Histoire de la douleur, Paris, Les prairies ordinaires, 2015, prix Libr’à nous Histoire 2016) ; Promesas Incumplidas. Una historia política de las pasiones, Madrid, Taurus, 2017, et Historia del columpio, Madrid, Taurus, 2021.

ALFREDO RIQUELME SEGOVIA
CONTACT : ARIQUESE[@]GMAIL.COM

Docteur en histoire (Universitat de València, 2003), Alfredo Riquelme Segovia est professeur à l’Institut d’histoire à la Pontificia Universidad Católica de Chile et y dirige le département d’histoire universelle.

Ses recherches et son enseignement d’histoire contemporaine abordent l’interaction entre les dimensions nationale et globale des phénomènes idéologiques et politiques.

Parmi ses principales publications : Rojo Atardecer. El comunismo chileno entre dictadura y democracia (2009), Ampliando miradas. Chile y su historia en un tiempo global (coeditor, 2009), Chile y la Guerra Fría global (coéditeur, 2014) et les trois volumes de la série Chile en los archivos soviéticos (coéditeur, 2005, 2009 y 2017).

Il est membre du comité éditorial de la revue Historia, du comité scientifique de la revue Historia Crítica et du conseil éditorial de la revue Izquierdas.

Il a été professeur invité à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne (2006), à la  Università degli Studi di Genova (2007), à la Universidad de los Andes en Bogotá (2012) et chercheur invité à l’IHTP (2015).

Ses recherches portent actuellement sur la dimension internationale de la politique chilienne sous la dictature de Pinochet, en insistant tout particulièrement sur les interactions entre les gauches chilienne et de l’ « Europe latine », et abordent des thèmes tels que le socialisme, l’antifascisme et les droits humains dans la période comprise entre 1973 et 1982.

ANA MARIA SERNA
CONTACT: asernaro@gmail.com

Ana María Serna est professeure et chercheuse à l’Instituto Mora (Mexique, CDMX)

Docteure en Histoire de l’Amérique Latine à l’University of Chicago. Elle est membre du Système national des chercheurs du Mexique (SNI) Niveau 1.  Elle coordonne le séminaire interinstitutionnel et transdisciplinaire « Sphère publique, culture et citoyenneté ».

Auteure de : (Coord.),El papel de las emociones en la cultura deliberativa, México, Instituto Mora-Tirant lo Blanch, 2022. Dolo y malicia. Regulación del lenguaje, criminalización del periodismo y libertad de expresión en México, 1901-1931. México, Instituto Mora-Tirant lo Blanch, 2020. « Se solicitan reporteros ». Historia oral del periodismo mexicano en la segunda mitad del siglo XX. México, Instituto Mora, 2015. Manuel Peláez y la vida rural en la Faja de Oro. Petróleo, revolución y sociedad en el norte de Veracruz, 1910-1928, México, Instituto Mora, 2009.

Elle dirige actuellement le projet « Mémoire journalistique et littéraire du militarisme et de la militarisation au Mexique 1962-2021 » et coordonne un séminaire rattaché à l’IRN : Sphère publique, culture et citoyenneté

Ses lignes de recherche incluent : Histoire sociale du journalisme au Mexique, Histoire de le sphère publique, Militarisation et violence dans l’histoire du temps présent, Les étrangers au Mexique, Histoire de la révolution de 1910.

Les post-doctorants de l’IRN

GABRIELE BIOTTI

Gabriele Biotti est post-doctorant à l’Institut d’Histoire du Temps Présent sous la direction de Frédérique Langue.
Son travail de recherche actuel porte sur la représentation cinématographique des mémoires liées à la dictature militaire en Uruguay (1973-1985) ; en analysant un groupe de films documentaires et de fiction réalisés entre 1997 et 2018, se référant au récit des faits historiques de la période de la dictature, et aux différentes mémoires que ces faits historiques ont généré, la recherche vise à déterminer et à analyser un champ où s’entrecroisent et dialoguent le récit de témoignage, la médiation cinématographique du passé, l’épistémologie de l’histoire et les formes de représentation de la mémoire dans le contexte contemporain. Ses recherches développent un intérêt scientifique pour l’épistémologie de la discipline historiographique, confrontée aux demandes de la mémoire et aux élaborations cinématographiques du passé, telles qu’ils se sont développées dans des contextes où l’histoire contemporaine est encore « en cours d’achèvement ».

MARCY CAMPOS PÉREZ
Contact : mmcampos@uc.cl

Master en Arts et Langages (EHESS, Paris) et titulaire d’un doctorat en Histoire contemporaine à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis. Elle a soutenu la thèse intitulée « De l’Unité Populaire à la dictature : circulation d’images et solidarité dans le triangle Chili-Cuba-Europe (1970-1983) » en 2023, sous la direction de Frédérique Langue (CNRS-IHTP) et Alfredo Riquelme (Institut d’histoire, PUC).

Ancienne Lectrice de langue espagnole et Attachée temporaire de recherche à l’UFR de Langues et cultures étrangères à l’Université de Paris Nanterre (2017-2021), elle a aussi été enseignante vacataire en civilisation de l’Amérique latine à CY Cergy Paris Université (2019-2020).

Ses axes de recherche sont à la croisée de l’histoire transnationale et l’histoire culturelle sur le Chili contemporain, plus particulièrement les circulations de l’audiovisuel, les échanges culturels et leur lien avec les enjeux du temps présent. Parmi ses dernières contributions : « Montaje de redes : cooperación cinematográfica, circulación transnacional y acopio de materiales fílmicos sobre la Unidad Popular (1970-1973 » (Historia Crítica, 2023) ; « Le patrimoine chilien contemporain à la croisée des réseaux transnationaux des années 70. Quelques trajectoires de l’héritage filmique du passé récent » (Caravelle, 2023) et « La muerte de Víctor Jara : mediaciones y lecturas políticas de un acontecimiento transnacional (1973-1975) » (El oído pensante, 2022).

MIRIAM HERNÁNDEZ REYNA

Miriam Hernández Reyna est philosophe et historienne. Elle est à présent chercheuse postdoctorale à l’Institut de recherches philosophiques UNAM (Mexique) et postdoctorante associée à l’IRN HISTEMAL : « Histoire du temps présent, mémoire et émotions en Amérique Latine et Espagne » (IHTP-CNRS). Ses recherches abordent les mémoires des passés coloniaux en Amérique Latine, en examinant notamment la construction de la mémoire indigène dans le Mexique contemporain, en lien avec les débats sur la diversité culturelle. Elle interroge ainsi les rapports entre mémoire historique et multiculturalisme, en prêtant attention aux temporalités, à l’histoire sociale des entrepreneurs de mémoire et aux récits nationaux aujourd’hui orientés par le concept de mémoire. A présent, elle mène une enquête sur les controverses récentes entre l’Espagne et le Mexique autour du le passé colonial. Parmi ses publications se trouvent : « La « mémoire indigène » dans le Mexique contemporain : de la relecture du passé colonial à l’utopie de la nation pluriculturelle » (Caravelle, 2023), « Entre la memoria y los relatos nacionales: las controversais España-México en torno al pasado colonial » (HispanismeS, 2023) et « La commémoration du Ve centenaire de la conquête du Mexique : premières approches sur la mémoire contemporaine d’un évènement lointain » (Caravelle, 2022).

ISABEL PINIELLA

Isabel Piniella est post-doctorante à l’Institut d’Histoire du Temps Présent sous la direction de Frédérique Langue, titulaire d’un doctorat sur le thème : « Marginal Turn: The Rise and Fall of Intellectuals’ Political Commitment in the Cultural Production between 1958 and 1971 in Venezuela » (PhD Global Studies, Center for Global Studies, Institute of History, University of Bern, 2021)

Principales orientations de recherche :

Histoire de l’Amérique latine XXe s. — Histoire globale — Histoire des intellectuels — Analyse de réseaux — Analyse de discours — Sociologie de la culture — Histoire de l’art — Esthétique

CAROLINA SOUSA SOARES

Carolina Sousa est post-doctorante à l’Institut d’Histoire du Temps Présent, sous la direction de Frédérique Langue. Elle est titulaire d’un doctorat en histoire politique du Brésil contemporain, soutenu en 2016, sous le thème: “Para que o Brasil continue”: história e memória de um grupo derrotado na política nacional (1933-1945), à la Universidade de Brasília (Unb), Brasília, Brésil. Ses recherches actuelles portent sur le rôle des Forces Armées Brésiliennes (FAB) face à la crise migratoire vénézuélienne. Principales orientations de recherche: Histoire Politique – Histoire du Brésil Contemporain – Historiographie – Mémoire Historique




VERSION ESPAÑOLA

HISTORIA DEL TIEMPO PRESENTE, MEMORIA Y EMOCIONES EN AMERICA LATINA Y ESPAÑA

Coordinadora: Frédérique Langue (CNRS-IHTP)

Resumen del proyecto

En consonancia con las relaciones tejidas por el IHTP en América Latina y el fortalecimiento del área cultural iberoamericana con la llegada de nuevos investigadores, las relaciones entre historia del tiempo presente y emociones en el área cultural América Latina/Península Ibérica han alcanzado una visibilidad indiscutible. Este proyecto tiene como objetivo perpetuar el trabajo de un equipo internacional (Francia, España, México, Argentina y Chile) que ya tiene establecida una sólida colaboración por medio de varios seminarios como el actual Seminario Internacional de Historia del Tiempo Presente en español, de conferencias, jornadas de estudio y publicaciones internacionales.

La escritura del tiempo presente y de su epistemología entre América Latina y Europa constituye el primer eje de trabajo. En rubro escritura de la historia también consideramos asimismo la cuestión de las manipulaciones de la historia y del regreso de las historias oficiales. Nuevas generaciones de investigadores, formados en muchos casos en Francia, se enfrentan en efecto con esta problemática, en un contexto de conmemoraciones inscritas en un plazo largo (Bicentenario de las Independencias 2020-2021). Reevaluaremos por lo tanto las fuentes y las modalidades de conceptualización de dicha historia del tiempo presente/historia reciente, las influencias recíprocas, así como la circulación de las ideas, junto a los “regímenes de historicidad” que prevalecen en el mundo hispanohablante a la luz de memorias de ahora en adelante globalizadas.

Finalmente abordaremos el tema de la “última catástrofe” que tiende a definir temporalidades nuevas e influye sobremanera en la tensión entre memoria e historia. A diferencia del contexto europeo, el contexto latinoamericano contempla en efecto procesos de retorno a la democracia, de “salidas” de dictaduras o regímenes autoritarios, y de búsqueda de justicia. De ahí la necesidad de tomar en cuenta los “regímenes emocionales” emergentes, como resortes para las prácticas democráticas. La relación al pasado y la dimensión emocional del mismo se van superponiendo en efecto a las experiencias del tiempo, en un contexto alterado por la persistente violencia política, y, más recientemente, por la crisis sanitaria.

Sobre todas estas temáticas se propondrán balances, reflexiones historiográficas y diversas actividades (encuentros científicos, publicaciones), que asociarán, de ambos lados del Atlántico, tanto a investigadores confirmados como a doctorandos, aprovechando la herramienta que nos proporcionan las humanidades digitales.

Instituciones asociadas e investigadores “contactos”: IHTP-CNRS (Frédérique Langue), LER-Université Paris 8 (Pascale Thibaudeau), Casa de Velázquez-EHEHI (Luis González), Instituto de Historia-CSIC (Javier Moscoso), EIDAES-UNSAM (Marina Franco), IdIHCS-Universidad Nacional de La Plata-CONICET (Ana María Barletta), Instituto de Historia-Pontifica Universidad Católica de Chile (Manuel Gárate Chateau), Instituto de Investigaciones sociales-UNAM (Eugenia Allier Montaño).

Duración del proyecto: 5 años (2022-2026)

Las actividades y publicaciones del IRN HISTEMAL se anunciarán en esta página.